Cécilia Armelin

Exposition à la galerie
SERIE NOIR ET BLANC

Née en 1980 dans l’agglomération bordelaise, Cécilia Armellin est une jeune photographe autodidacte en quête d’authenticité. Elle réalise ses premiers clichés lors de voyages en Europe et en Afrique du Nord.  À cette époque, la photographie est pour elle un témoignage, un moyen de se construire des souvenirs.

 

En 2010, elle voyage en Inde pendant un mois avec un petit compact dans son sac à dos. Lors de ce voyage, une révélation pour la photographie né et elle commencera ainsi à s’interroger sur les différentes techniques de cette discipline. Poussée par une profonde envie de voyager, c’est lors d’un périple en Italie que la photographie va se révéler à elle, cette fois comme une évidence incontournable.

Arpentant les rues, les friches et les paysages, Cécilia Armellin expérimente les différentes techniques que peut offrir la photographie : « C’est lors de ce voyage initiatique que j’ai pris la photo que j’ai nommé Envol  dans une friche de  Spilimbergo. C’est l’envol d’un oiseau qui sort d’un œil de bœuf vers le ciel. J’ai attendu un moment pour capter cet instant. Elle symbolise ma propre prise d’envol, le fait que je ne dois jamais abandonner. »

En 2013, elle se consacre entièrement à la photographie et fait de sa passion un art à part entière.  Elle effectue alors  un  grand voyage autour du monde. De la Thaïlande à la Birmanie, en passant par le Cambodge et le Vietnam, pour terminer par les États-Unis, où elle réalise une série de portraits, présentés ici, dans lesquels elle trouvera sa source d’inspiration. « On ne s'accapare pas un lieu. L'errant est quelqu'un qui passe, il ne s'approprie pas, il ne vole pas » dit Raymond Depardon dans l’ouvrage Errances qui marqua Cécilia Armellin, avant ce périple.

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • YouTube

©Institut Culturel Bernard Magrez - 16 rue de Tivoli, Bordeaux