Charles Foussard 

Tout commence à l’enfance et par les voyages : de Figueras à l’ile de la Réunion, le parcours de Charles Foussard est jalonné de syndromes de Stendhal.
La dichotomie entre nature et culture, paysages vierges et mondes urbains, est très forte. A travers des nébuleuses surréalistes chaotiques la peinture de Charles
Foussard a une dimension sociologique.


Bien sûr le graffiti a été formateur à grand renfort d’adrénaline, d’aventures et de rencontres. Assagi, son travail en atelier affine son style désormais si reconnaissable.
Travaillant entre Paris et la cote Atlantique, il continue un travail extérieur en
insufflant une vie plus joyeuse aux blockhaus, la peinture ré-enchante le monde et l’histoire, devant l’immensité de l’océan, poussant à l’humilité.
Il navigue d’une technique à l’autre, de la bombe à la peinture à l’huile, à l’assaut de supports que tout oppose, du béton à la toile.


Ses compositions renferment nombre de motifs obsessionnels : matières organiques, monde marin, végétation luxuriante et bien sûr ses petits personnages –
« les pépouzes »- sont autant d’allégories de notre condition humaine.
L’oeil navigue d’un élément pictural à un autre, les signes nous absorbent, nous rejettent, comme le ressac des vagues.
Essentiel et existentiel admirer un de ses tableaux c’est ressentir combien l’on fait partie de ce monde hic et nunc.

Œuvre acquise :

-Jamais Renoncer, 2014, Peinture acrylique sur toile, 100 x 100 cm

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • YouTube

©Institut Culturel Bernard Magrez - 16 rue de Tivoli, Bordeaux