LE N°1 EN AQUITAINE

ÉVÉNEMENTS CULTURELS ET STREET ART

Constitué sous la forme d’un fonds de dotation, l’Institut Culturel Bernard Magrez est une initiative privée de mécénat artistique.

L’Institut Culturel Bernard Magrez veut être une passerelle entre tradition et innovation, autant qu’une plateforme d’échanges où chacun pourra vivre une expérience culturelle singulière.

MISSION

L’accès à la création contemporaine pour tous les publics, via la création ou le soutien de manifestations culturelles.

1.

L’aide à la production d’œuvres inédites, par la mise en place de résidences avec ateliers pour des jeunes artistes, mais également par la remise de prix artistiques.

3.

La rencontre et l’échange avec les artistes, avec la mise en place d’un programme de commandes et d’acquisitions.

2.

Contribuer de manière singulière et citoyenne au territoire, qu’il soit régional, national et international, au sein duquel l’Institut Culturel souhaite soutenir la création et les artistes.

4.

HISTOIRE

Le Château Labottière tient son nom de ses commanditaires Antoine et Jacques Labottière. Ces deux frères, imprimeurs et éditeurs bordelais du XVIIIème siècle, tiennent boutique Place du Palais de l’Ombrière et possèdent un petit vignoble dans la campagne bordelaise. Ils font construire en 1773, cet hôtel particulier de type néoclassique.

Les frères Labottière sont ruinés par la Révolution en 1790. Antoine Labottière meurt en 1794, son frère Jacques vend le domaine, la maison, la librairie et l’imprimerie l’année suivante. 

Par la suite, la propriété est acquise par un hollandais nommés Boers et loué à  M. Lannefranque, entrepreneur de spectacles, qui ouvre en ces lieux un établissement de plaisir au nom de Tivoli. L’historien de l’art Philippe Maffre évoque ensuite la présence d’un établissement de danse nommé « Fêtes champêtres, A Idalie » ouvert par M. Labille en 1803.

Le Château Labottière a un temps appartenu à Antoine Gautier, maire de Bordeaux de 1849 à 1863, avant d’être vendu à la compagnie de Jésus le 14 avril 1857. En 1904, un incendie mène les jésuites à déménager sur le terrain qu’ils occupent toujours aujourd’hui avenue d’Eysines, à Bordeaux, non loin du Château.

A cette époque, la municipalité envisage d’installer au sein du château Labottière un Musée des Arts décoratifs. En 1911, ce dessein semble être abandonné: l’hôtel et le jardin paraissent inoccupés voire abandonnés.

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • YouTube

©Institut Culturel Bernard Magrez - 16 rue de Tivoli, Bordeaux