Invader

L’artiste Invader est né en 1969 sur « la planète Terre » dit-il. Il décide de s’établir dans la capitale française, pour réaliser ses travaux. Avec son projet intitulé « Space Invader » consistant  à l’origine à envahir les rues de Paris, Invader est un peu un extraterrestre dans le monde de l’art. Avec plus d’un millier de pièces posées depuis 1998, le travail de cet artiste dont on ne connait pas le visage (il apparait le visage pixélisé ou caché par un masque, ou de dos), a depuis, largement dépassé les frontières de l’Hexagone : Katmandou au Népal, Bénarès en Inde, ou encore Los Angeles, Londres, New York, Miami, Rome et Sao Paulo font désormais partie des terrains conquis. L’artiste voyage, armé d’une perche télescopique artisanale, d’un escabeau et de ses indispensables carreaux de mosaïque.

Symbole d’une expansion artistique phénoménale, il laisse aussi sa trace sur le marché de l’art. A partir de 2007, il est invité par de prestigieuses galeries telles que Lazarides à Londres et Jonathan Levine à New York.

Un succès pour cet artiste qui a alors ouvert une nouvelle dimension dans son travail avec l’utilisation des Rubik’s Cube. Six ans après sa première exposition parisienne chez Patricia Dorfmann, Invader fait son grand retour à Paris en 2011 avec une exposition personnelle spectaculaire à la Générale, avec le soutien de la Galerie Le Feuve, à l’occasion de la pose de son 1 000ème Space invader à Paris. Dans la lignée de ce projet, il publie son nouveau guide d’invasion intitulé « L’invasions de Paris 2.0 - Contamination » », suite du premier opus culte et épuisé « L’invasion de Paris - La Genèse ».

 

Ses œuvres représentent souvent des créatures échappées du jeu vidéo éponyme de la fin des années 70’ qui préfigurait l’avènement du pixel et de la technologie numérique. L’artiste a appliqué le concept du jeu à notre réalité urbaine et a donné une existence sensible au pixel en permettant aux aliens du jeu de s’échapper de l’écran pour se matérialiser sous forme de carreaux de mosaïque sur les murs des grandes métropoles. Les créations que nous pouvons rencontrer dans les rues représentent la partie la plus accessible de ce projet mais chacune d’entre elles est également référencée, positionnée sur une carte et photographiée pour être archivée dans la base de données d’Invader.

L’utilisation particulièrement judicieuse d’un matériau au service d’un concept - l’Invasion artistique – et l’incroyable expansion géographique et temporelle de ce projet ont élevé Invader au rang de figure majeure du mouvement Street Art.

Concepteur ambitieux, Invader a réussi la prouesse d’imposer au monde entier ses petits carreaux de couleur, tout droit sortis d’un jeu vidéo de son adolescence, comme une évidence. Anonyme mais loin d’être inconnu, l’artiste bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance internationale.

 

Le Kit d’invasion IK.15: Glow in the Space (“lueur dans le ciel”), est une œuvre faite en mosaïque noire et phosphorescente représentant l’incontournable monstre du jeu vidéo.

Invader commercialise de temps en temps des "kits d'invasion" sur son site internet officiel (« Invader space shop »), c'est-à-dire une mosaïque signée et authentifiée par celui-ci, bien emballée dans une pochette plastique. Accompagnée des instructions pour la pose sur un mur, elle est prête à l’emploi. Ces kits sont vendus avec un tirage limité (10 à 100 exemplaires suivant les kits) et sont très recherchés par les collectionneurs et les fans d'Invader.

Habituellement, les kits sont conservés par les collectionneurs dans l'emballage intact. Il est rarissime qu'un kit soit posé dans la rue

Œuvre acquise :

-Kit d'invasion IK.15: Glow in the Space, 2013, Mosaique, 26,20 x 24 cm

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • YouTube

©Institut Culturel Bernard Magrez - 16 rue de Tivoli, Bordeaux