JR

 Né en 1983, JR est un photographe clandestin, évitant les apparitions publiques et faisant de l’exposition sauvage sa propre signature. À travers le monde, il colle ses photos dans des endroits insolites, le plus souvent de gros plans de visages d’hommes et de femmes de tous âges. Observant les gens qu'il rencontre et écoutant leur message, il colle leurs portraits dans les rues, les sous-sols et sur les toits.

« J’aimerais amener l’art dans des endroits improbables. Créer avec les communautés des projets tellement grands qu’ils forcent le questionnement. Tenter, dans les zones de tensions comme le Moyen Orient ou le Brésil qui sont fortement médiatisées, de créer des images qui offrent d’autres points de vue que celles, réductrices, des médias globalisés. »

JR commence sa carrière adolescent dans l’univers du graffiti. Son pseudonyme représente les initiales de son propre nom et fait référence à J. R. Ewing, le personnage principal de la série américaine, Dallas.

Après avoir trouvé un appareil photo dans le métro parisien en 2000, il décide d’explorer l'univers de l'art urbain et suit ceux qui expriment leur message sur les murs. Quatre ans plus tard, il réalise « Portrait d’une génération », des portraits de jeunes de banlieue qu’il expose, en très grand format. Ce projet illégal devient officiel lorsque la mairie de Paris affiche les photos de JR sur ses bâtiments. Dès ces premiers projets, l'artiste affirme vouloir amener l'art dans la rue : « Dans la rue, je touche des gens qui ne vont jamais au musée. »

En 2005, JR participe au long-métrage « Sheitan » de Kim Chapiron (dont l’acteur principal est Vincent Cassel), comme photographe de plateau et rencontre Shepard Fairey, Blu, Zevs, Blek le Rat, Influenza, The London Police et d’autres, avec lesquels il décide de réaliser un reportage sur les activistes urbains internationaux.

En 2007 il réalise « Face 2 Face », qu’il qualifie comme la plus grande exposition photo illégale jamais créée. JR affiche d’immenses portraits d’Israéliens et de Palestiniens face à face dans huit villes palestiniennes et israéliennes et de part et d’autre du mur Israélo-palestinien. Dès son retour à Paris, il colle de nouveau ces portraits dans la capitale. Pour l'artiste, cette action est avant tout un projet humain.

Toujours dans cette même perspective, JR voyage à travers le monde à l'occasion de « Women are Heroes », un projet dans lequel il souligne la dignité des femmes qui sont souvent les cibles de conflits.

 

JR se définit alors au travers de ses projets comme un « activiste urbain ».Son art s’étend internationalement puisqu’après avoir été exposées dans les villes mêmes dont sont originaires les sujets de JR, les photographies voyagent de New York à Berlin, d'Amsterdam à Paris…

 

Œuvres acquises :

-28 Millimetetres: Women are Heroes - Eye in Jaipur- India,  2009, 3 photographies couleur, plexiglas, bois, 125 x 282,5 cm

-The Wrinkles of the City, La Havana, Rafael Lorenzo and Obdulia Manzano, 1 year later (artwork by JR, project by JR & José Parlà) Cuba, 2013, Photographie couleur, plexiglas mat, bois, 180 x 270 cm

-Vertical train through Kibera, 2009, Photographie couleur, plexiglas, aluminium, bois, 270 x 180 cm

-Les Apprêts pour Tivoli, 2013, Photographie couleur, plexiglas mat, aluminium, bois, 125 x 187,5 cm

-The Wrinkles of the City, Action in Shanghai, Jiang Qizeng - Red Flag, 2012, Lithographie couleur - signée en bas à droite et numérotée sur 180, 73 x 104 cm

-Women are Heroes, Escaliers, Favella Morro da Providencia, Rio De Janeiro, 2010, Lithographie en couleurs sur papier, 103 x 70 cm

-Action in Kesennuma, 2013, Lithographie sur papier, 56 x 80 cm

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • YouTube

©Institut Culturel Bernard Magrez - 16 rue de Tivoli, Bordeaux