Speedy Graphito 

Né en 1961, Olivier Rizzo alias Speedy Graphito est un artiste précurseur, reconnu comme l’un des pionniers du mouvement street art français et s’impose aujourd’hui internationalement comme l’un des street artistes majeurs de sa génération. Depuis le début des années 1980, juste après le mouvement de la figuration libre, Speedy Graphito s’imprègne du « style Graphito », de la mémoire collective et des murs de Paris en les colorants de ses graphismes percutants. En 1985, grâce à la commande du Ministère de la Culture, il acquiert une reconnaissance et une notoriété grand public, en créant l’affiche pour “La Ruée vers l’Art” – dispositif mis en place par le Ministère de la Culture en vue de démocratiser la culture dans les musées.

 

Aussi prolifique qu’inventif, il utilise toutes les formes d’expression : peinture, sculpture, installation, photo ou vidéo, pour créer à travers son oeuvre, et au fil des époques, un langage universel imprégné de l’air du temps. Ses graffitis, exécutés au pochoir ou au pinceau, représentent des personnages schématiques et dynamiques se rapprochant des peintures du graphiste catalan Javier Mariscal ou encore du peintre américain Keith Haring. N'ayant de cesse d’évoluer et de se réinventer, sa marque de fabrique est celle d'un art joyeux et profond, aux couleurs souvent vives, dans lequel il bouscule de façon ludique et ironique nos systèmes de perception. Dans cette démarche, il n'hésite pas à s’approprier toute l’imagerie de la culture populaire et des super héros pour la détourner, réalisant ainsi un décryptage quasi-systématique de notre inconscient collectif. Il décline alors en autant d'interrogations les normes et les diktats de notre identité culturelle occidentale, superposant à la réalité de notre société une dimension plus poétique.


Les thèmes de l’enfance et de la mort, sont depuis toujours largement présents et confèrent aux oeuvres un caractère plus autobiographique, parfois inspirées de ses pérégrinations et de ses voyages intérieurs. Aussi à l’aise dans les performances picturales publiques que dans l’intimité de son atelier, Speedy Graphito se donne corps et âme à sa passion. Dans l’urgence du temps qui passe, il agit selon un mode qu’il qualifie de « survie ».


Entouré de buildings avec de grandes enseignes commerciales telles que BMW, Google, PayPal, Apple, Michelin ou encore Playstation, Blue Spiderman peint sa ville (« I Spray my city ») avec des bombes aérosols dans des teintes de bleus. Catwoman, Wonderwoman, Joker, Superman et bien d’autres, viennent décorer les immeubles. Ces personnages populaires, venus de la bande dessinée et de nos souvenirs d’enfance, nous interpellent et nous font crouler sous une profusion de logos et de références tirées de la publicité, de manière à dénoncer la société de consommation

Œuvre acquise :

-I Spray My City (Blue Spiderman), 2011, Lithographie en couleur, 101,6 x 69,8 cm

-Théodore Gericault, 1987, gouache et cordes sur papier, 50 x 65 cm

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • YouTube

©Institut Culturel Bernard Magrez - 16 rue de Tivoli, Bordeaux